Projet APRES CI : Une synergie d’action réaffirmée entre les acteurs de la chaîne pénale, la FIACAT et l’ACAT Côte d’Ivoire pour renforcer la protection des droits des détenus vulnérables.

Paris, Yamoussoukro, le 23 juillet 2020 - La Fédération Internationale des ACAT (FIACAT) et l’Action des Chrétiens pour l’Abolition de la Torture de Côte d’Ivoire (ACAT CI) ont organisé les 22 et 23 juillet 2020 à l’hôtel Fondy de Yamoussoukro le séminaire-atelier de lancement du projet « Assister les Prévenus et favoriser la Réinsertion Sociale des femmes et mineurs des prisons de Côte d’Ivoire (APRES CI) » financé par la délégation de l’Union Européenne en Côte d’Ivoire. 

Cet atelier portant sur le thème « renforcer la protection des droits des détenus vulnérables » marque le lancement officiel du projet prévu pour les trente (30) prochains mois. Il a réuni soixante-dix (70) participants issus des administrations judiciaires et pénitentiaires et de la société civile dont les contributions ont permis d’élaborer une stratégie commune d’action pour le renforcement de la protection des droits des détenus.

Le projet APRES CI poursuit deux (2) objectifs essentiels. Le premier est de lutter contre la détention préventive injustifiée dans six (6) juridictions du pays (Abidjan, Aboisso, Adzopé, Bouna, Man et Sassandra). Le second est de favoriser la réinsertion sociale des femmes et mineurs des prisons cibles. Le projet maintient et pérennise les acquis de la première phase qui a duré trois (3) ans. Et il se veut innovant puisqu’il intègre l’accompagnement psychologique des détenus et la réinsertion socio professionnelle des femmes et des mineur.es.

Au cours de cette formation, plusieurs thèmes ont été abordés. Il s’agit entre autres des dangers que représente la Covid19 dans les lieux privatifs de liberté, les innovations du nouveau code de procédure pénale tant en matière de garde à vue que de détention préventive, et la problématique de la réinsertion socioprofessionnelle.

A terme, le projet se donne de recenser tous les cas de personnes en détention préventive injustifiée dans les prisons cibles et d’accompagner la réinsertion des populations les plus vulnérables en détention.

Ces travaux en atelier ont permis de définir une feuille de route que les différents acteurs ont décidé de suivre pour l’atteinte des résultats du projet à divers niveaux :

  • En ce qui concerne la lutte contre la détention préventive injustifiée, il s’agira pour tous les acteurs de surveiller scrupuleusement les délais de détention préventive et signaler immédiatement tout dépassement.
  • Quant au suivi psychologique des détenus, il s’agit d’aider les détenus à supporter le stress et l’angoisse liés à leur incarcération et participer à leur reconstruction ;
  • S’agissant de la réinsertion socioprofessionnelle des femmes et mineurs des prisons cibles, il s’agira de les aider à travers des activités de formation et de resocialisation.

Contacts presse :