BURUNDI : Déjà un an de détention pour Germain Rukuki

 

Ce vendredi 13 juillet 2018 marque le triste anniversaire de la détention arbitraire de Germain Rukuki, la FIACAT et les ACAT continuent de se mobiliser pour sa libération.

Un an après son arrestation, Germain Rukuki, ancien comptable de l’ACAT Burundi, se trouve toujours en détention malgré un état de santé préoccupant.

Germain a été condamné, du fait de son travail pour l’ACAT Burundi, le 26 avril 2018 à 32 ans d’emprisonnement par le Tribunal de grande instance de Ntahangwa pour les crimes de rébellion, atteinte à la sûreté intérieure de l’Etat, participation à un mouvement insurrectionnel et attaque contre le chef de l’Etat. Cette condamnation, l’une des plus lourdes peines jamais prononcées à l’encontre d’un défenseur des droits humains au Burundi, fait suite à une procédure arbitraire et marquée d’irrégularités flagrantes. Germain a interjeté appel de cette condamnation le 29 mai 2018.

La FIACAT est particulièrement préoccupée par l’état de santé de Germain. Suite à une fracture de la cheville et à la rupture des ligaments de l’épaule, Germain a été hospitalisé le 11 juin 2018 à l’hôpital de Ngozi où il a dû subir une intervention chirurgicale. Malgré un état de santé critique nécessitant un suivi médical régulier, il a été retransféré en prison. Une demande de libération sous caution a été formulée le 26 juin 2018 du fait de son état de santé.

La FIACAT appelle à la libération immédiate de Germain ou à minima à sa libération sous caution jusqu’à son jugement d’appel et exige qu’il puisse bénéficier d’un procès équitable en appel.

Contacts presse :

  • FIACAT – Sabrina Bignier – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. - +33 (0)1 58 64 10 47